Le Festival International de Cinéma Fantastique de Catalogne

Amateurs de films fantastique et d’horreur… direction la Catalogne ! La très branchée station balnéaire de Sitges, plus connue pour son tourisme gay friendly,  accueille un évènement cinématographique de renommée mondiale : le Festival International de Cinéma Fantastique de Catalogne ou Festival internacional de cinema fantàstic de catalunya.

Histoire du festival

Créé en 1968, ce festival, autrefois connu sous le nom de « Semaine internationale du film fantastique et d’horreur » avait pour optique la présentation de films dédiés à cet univers et proposait alors de nombreuses rétrospectives. En 1971, il s’ouvre à la compétition. Suivra la création de nombreux prix, du classique au Prix du film d’animation ou le Prix plan sur l’Asie et de nouvelles sections comme le thriller, l’épouvante etc.

Parmi les films primés, figurent les œuvres de grands maîtres du cinéma comme Frissons de David Cronenberg (médaille d’or du meilleur long métrage en 1975) ; Les Frissons de l’Angoisse de Dario Argento (médaille d’or en 1976) ; Darkman de Sam Raini (médaille d’or en 1990). Les Français ne sont pas en reste. Citons par exemple l’étrange Réalité de Quentin Dupieux, avec Alain Chabat, qui avait obtenu le Grand Prix de la Critique en 2014 ou l’onirique La Science des Rêves de Michel Gondry. En 2012, le réalisateur français Leos Carax remportait le titre suprême avec son ovni cinématographique Holy Motors dans lequel on pouvait retrouver des personnalités aussi diverses que Denis Lavant, Michel Piccoli, Eva Mendes ou Kylie Minogue.

 L’Edition 2016

Cette année, le festival s’est ouvert avec Inside, réalisé par Miguel Ángel Vivas.  Le film raconte l’histoire d’une femme enceinte dans une maison isolée, à qui il arrive évidemment de bien vilaines choses. Et le pitch ne devrait pas manquer d’interpeler les fans de cinéma fantastique… Il s’agit en effet du remake d’un film français A l’Intérieur, réalisé par Alexandre Bustillo et Julien Maurey.

Parmi les films très attendus cette année, il y avait la suite de Blair Witch, ou les tribulations d’un groupe d’étudiants dans une forêt maléfique façon caméra au poing, mais que les festivaliers ont pu découvrir confortablement (et à l’abri des sorcières) depuis la salle de projection. Bémol cependant : les critiques de ce nouvel opus ne seraient pas très bonnes… Actuellement en salle, vous pourrez vous faire votre propre avis. The Neon Demon de Nicolas Winding Refn, qui avait divisé la Croisette, est lui aussi au programme cette année.

Côté personnalité, les fans ont pu voir débarquer Rob Zombie, le célèbre réalisateur américain de films d’horreur (mais aussi musicien et chanteur), venu présenter sa nouvelle création, 31. Âmes sensibles et coulrophobes (phobie des clowns), s’abstenir.  Ici, et comme dans ses précédents films (dont le Halloween 2007), on ne fait pas dans la dentelle : des jeunes gens se retrouvent au cœur d’un jeu maléfique et doivent faire face à des clowns démoniaques. Bruce Campbell, star de la saga Evil Dead devenu égérie du cinéma d’horreur, est un autre des invités de prestige de cette 49e édition.

À noter qu’à l’approche d’Halloween, un Zombie Walk s’est déroulé samedi dernier dans les rues de Sitges sous les yeux effrayés ou amusés des passants.

© Photo principale : Affiche officielle du Festival