L’Espagne et ses spécialités de Noël

Noël approche…  et son lot de victuailles qui nous fera mettre après fooding le mot « footing » tout en haut de notre liste de résolutions pour la nouvelle année. Mais avant de penser régime, réjouissons-nous à l’idée des petits et gros plats qui nous attendent dans quelques jours.

Du sucre à gogo

Si vous avez mal aux dents en ce moment, laissez tomber… En Espagne, à l’approche de Noël, on mange beaucoup de douceurs sucrées, très sucrées. Véritable trésor national, les friandises à base d’amande, de sucre, de fruits, de miel ou de chocolats font le bonheur des petits et grands Espagnols pendant les fêtes de fin d’année. Parmi celles-ci, il y en a une que vous connaîtrez certainement : il s’agit de l’un des mets les plus rapportés des voyages touristiques en terre espagnole.

Vous avez deviné ? Le turrón ! Incontournable, cette spécialité à base d’amandes et de miel est de toutes les tables, servi en fin de repas avec le café. Vous en trouverez de deux sortes : celui à la texture dure est originaire d’Alicante, le plus mou vient quant à lui de Jijona. Il y a d’ailleurs plusieurs histoires et théories à propos du turrón , dont on retrouve les traces jusqu’à l’Antiquité. Mais on peut aussi parler du « touroun » de l’Espagne mauresque... Il est aussi cité dans Conduchos de Navidad,  un ouvrage du XVIe siècle écrit par Francisco Martinez Montiño, chef de cuisine de Philippe II. Dans une autre version, il serait une création d’un Catalan du nom de Turró ou Turrons à l’occasion d’un concours de confiseries organisé après la famine de 1703 à Barcelone. En tout cas, si vous voulez en savoir plus, rendez-vous au musée du turrón à Alicante.

Parmi les autres spécialités sucrées qui ont une bonne place sur les jolies tables de Noël en Espagne, citons le massepain ou mazapán, un dessert en pâte d’amande originaire de Tolède, mais que l’on retrouve adapté dans chaque région et présenté sous forme de figurines. Outre ces deux sucreries star de Noël, on compte de nombreuses spécialités selon les zones géographiques. Comme le paparajotes de Murcie (feuilles d’orangers ou de citronniers), les guirlaches, ces amandes grillées et caramélisées d’Aragon, le gâteau basque ou bien encore les polvorones d’Andalousie.

Enfin, une fois Noël passé, ne vous inquiétez pas : la fête n’est pas finie. Les Rois Mages sont très attendus en Espagne et vous pourrez déguster le Roscón de Reyes, soit notre gâteau des rois façon brioché. Accompagné d’une tasse de chocolat chaud.

Paniers garnis et noche buena

 Si les friandises sont le dénominateur commun de ces repas de Noël en Espagne, il est plus difficile de dresser un menu pour toute l’Espagne, un pays dont les traditions culinaires différent selon la région.

On peut toutefois retrouver lors de la noche buena (réveillon) un potage ou un bouillon en début de repas, comme la soupe aux amandes en Castille. Le plat principal peut être du poisson (exemple : le besugo, ou daurade du Pays Basque), ou bien encore un chapon farci voire de l’agneau en Catalogne. Côté boisson, le Cava ou « Champagne » espagnol a la côte lors des festivités. Il est une autre tradition espagnole dont on ne manquera pas de parler : le panier garni, que l’on s’offrait autrefois entre voisins ! Il est très commun d’offrir un assortiment de produits régionaux présentés dans un panier. Ma sœur, qui vit et travaille en Espagne, reçoit à chaque fin d’année plusieurs spécialités artisanales de la part de son employeur. Soit du turrón, du chocolat, du vin, du fromage, du Cava (etc.) et une énorme pata de jambon qui pèse trois tonnes !

 Vous avez l’eau à la bouche maintenant ? Alors Buen provecho et joyeuses fêtes !

© photo principale : LLablasovegmenu / Flickr © photos article de haut en bas : n°2 Jonathan Pincas, n°3 Hojadementa, n°4 Carmen Lopez, n°5 Liliana fuchs